Préexcitation ventriculaire : l’ajmaline antiarythmique de classe 1A agit sur la conduction des faisceaux de Kent. Ici son injection change l’aspect de la préexcitation avant de la faire disparaître. En 1, la préexcitation est droite . En 2 est démasquée une préexcitation gauche. En 3 les QRS sont affinés T négatif en inférieur (phénomène de Chatterjee).

Wellens avait suggéré  que les antiarythmiques pouvant supprimer les préexcitations concernaient celles dont la période réfractaire était longue permettant d’écarter les formes dangereuses. Ici, la période réfractaire de la voie droite est plus longue que celle de la voie gauche qui ne disparaît que pour une dose d’ajmaline plus importante. Le phénomène de Chatterjee témoigne de la mémoire cardiaque.