Exploration électrophysiologique : aux dérivations de surface sont ajoutées des dérivations endocavitaires (OD: oreillette droite, AV en position hisienne , SCP: sinus coronaire proximal, SCD: sinus coronaire distal ).

Sur un fond de rythme sinusal une extrasystole ventriculaire précoce est imposée à la pointe du VD. Elle n’est pas transmise à l’oreillette mais modifie le QRS suivant qui est préexcité avec une onde delta et un espace HV court , à la faveur d’un ralentissement de la conduction antérograde dans le NAV qui s’exprime par un allongement de AH.

Ceci ne peut être expliqué que par une conduction cachée rétrograde dans le noeud AV et l’absence de conduction rétrograde dans la voie accessoire. Comme la conduction est retardée dans la voie normale, la part de dépolarisation ventriculaire qui lui revient est minorée et celle de la voie accessoire majorée extériorisant la préexcitation.
Cette préexcitation n’est pas une préexcitation intermittente mais une préexcitation masquée . Elle est sous-tendue par une voie accessoire latérale gauche . Il faut du temps pour que l’impulsion atteigne cette paroi latérale car il existe un trouble de conduction intra/interatrial avec des ondes P élargies et bifides. Le PR n’est donc pas court et la morphologie du QRS dépend du jeu entre les influx de la voie normale et de la voie accessoire.