2 etudes en 2021 ont porté sur l’évolution de la symptomatologie et de la qualité de vie des patients présentant des syncopes vagales sous l’influence de la pratique du Yoga.

Une première étude pilote était parue en 2015.

Ces 3 études bien que portant sur un nombre réduit de patients sont en faveur de l’efficacité de cette pratique avec une réduction importante du nombre des syncopes et une amélioration de la qualité de vie chez des patients très symptomatiques ( fréquence des syncopes passant en moyenne de 4 à moins de 1/an). Les patients sont jeunes ( moyenne < 35 ans) , les scéances de Yoga sont pratiquées de manière assez intensive et prolongées selon un schéma rigoureux ( alternance de périodes d’échauffement, de postures, de contrôle respiratoire, de méditation et de relaxation profonde) en suivant les indications d’un professeur ou à l’aide d’un DVD.

 Nb pts Yoga/témoins Nb/durée des scéances Nb récidives après 1 an
2015 S Gunda 21/23 1h x 3/semaine 3 mois  1,3 vs 4
2021 J Shenthar 47/501h X 5/semaine 12 mois  1,1 vs 3,8
2021 V Ramakumar 30/25 NC  0,7 vs 2,52

Les mécanismes de la syncope vagale sont rappelés et les  points d’impact possibles du yoga précisés :

Les facteurs déclenchants sont de deux types: périphérique et central :

Facteur périphérique : Il concerne le pool veineux stocké dans les membres inférieurs. Chez le sujet normal, le baroréflexe fonctionne bien et la baisse orthostatique du débit est compensée par une accélération cardiaque. Chez le patient enclin aux syncopes, il y a une hypotension orthostatique. Les barorécepteurs aortiques et sino-carotidiens, par des fibres afférentes sympathiques, sollicitent l’hypothalamus qui répond par une suractivation sympathique. Les mécanorécepteurs ventriculaires par des fibres afférentes sympathiques, transmettent l’information au cerveau – noyau solitaire – Il s’en suit une baisse immédiate du tonus sympathique et une vagotonie paradoxale. Ajoutée à l’hypotension orthostatique elle provoque la syncope.

Facteur central : Le cerveau est directement concerné et provoque une baisse du tonus sympathique. Une syncope peut alors survenir chez n’importe qui, mais encore plus chez ceux qui y sont enclins .

Le yoga agit :

1. au niveau périphérique : par l’activité physique il corrige l’hypotension orthostatique.

2. Par la maitrise de soi, il limite directement le facteur central et le stress qui est la réponse cérébrale à des situations conflictuelles –fall, fight or fly – La suractivation sympathique est évitée et la vagotonique réduite.

Ces résultats sont interessants compte tenu des echecs des traitements médicamenteux ou de la stimulation cardiaque dans les syncopes vagales, et de l’inocuité du Yoga.

L’éditorial suivant l’étude pilote en 2015 titrait d’ailleurs : « When all else fails: take a deep breath, meditate, and assume padmasana » (Melissa H. Kong & Roger A. Winkle ).

Les auteurs s’interrogeaient néanmoins sur un possible effet placebo en rappelant les résultats de  ISSUE 1 où l’implantation de dispositifs Holter entrainait une franche réduction des syncopes chez les patients implantés dans un but qui n’était que diagnostique . Pour le Yoga était soulevé la possibilité d’influence sur le résultat attendu de l’investissement personnel important du patient et du thérapeute.

En l’absence de possibilité d’étude en double aveugle le groupe « Yoga » pourrait être opposé à un groupe témoin « gymnastique conventionnelle » . On ne sait par ailleurs si les effets se pérennisent à l’arret des séances.

Bibliographie :

1) S Gunda, A Kanmanthareddy, D Atkins,S Bommana, R Pimentel, Jeanne Drisko, L Dibiase, S Beheiry, Steven Hao, A Natale, D Lakkireddy : Role of yoga as an adjunctive therapy in patients with neurocardiogenic syncope: a pilot study ; J Interv Card Electrophysiol (2015) 43:105–110

2) Melissa H. Kong, Roger A. Winkle : When all else fails: take a deep breath, meditate, and assume padmasana ; J Interv Card Electrophysiol (2015) 43:103–104

3) J Shenthar , R S Gangwar,B Banavalikar ,D Benditt , Lakkireddy ,D Padmanabhan : A randomized study of yoga therapy for the prevention of recurrent reflex vasovagal syncope ; Europace (2021) 23, 1479–1486

4) V Ramakumar, G Sharma, N Naik, M Sharique, A Agarwal, D Kailath, R Bansal, A Saxena : Effect of Yoga on clinical outcomes and quality of life in patients with vasovagal syncope- a randomized control trial ; JACC 2021 11 77 221