Tachycardie ventriculaire avec conduction rétrograde 1/1

Tachycardie à QRS large , axe hyper-dévié et retard droit, relation AV 1/1 : la morphologie est en faveur d’une TV, la relation 1/1 fait discuter l’origine supra-ventriculaire

La stimulation auriculaire affirme la TV avec l’apparition de complexes de fusion (potentiel hisien avant les QRS).

Particularité : les complexes de fusion sont tous identiques et à l’arret de la stimulation auriculaire la TV reprend de manière inchangée . La TV a été « entrainée » et non réduite. Ce phénomène d’entrainement est rendu possible par la bonne conduction nodale et la fréquence peu rapide de la TV. le premier complexe A non stimulé (*) est d’origine sinusale , les autres sont rétrogrades.

Le phénomène d’entrainement :

Les TV des cardiopathies ischémiques sont attribuées à des réentrées en 8 de chiffre autour d’une zone cicatricielle d’infarctus possédant un chenal de cellules conservant une viabilité avec possibilité de conduction lente (zone grisée sur les shémas). Ce chenal possède donc une entrée et une sortie . A partir d’un influx supra-ventriculaire on pourra observer si cet influx peut pénétrer le chenal des phénomènes de capture et de fusion, voire un entrainement au cas où il s’agit d’un rythme supra-ventriculaire plus rapide que celui de la TV :

A) réentrée en 8 de chiffre à l’origine de la TV avec en gris la zone de conduction lente. Les complexes ont la morphologie d’une stimulation ventriculaire au point de sortie de cette zone de conduction lente (*). Dans notre cas une conduction rétrograde 1/1 était présente.

B) complexes de fusion lors de la stimulation auriculaire un peu plus rapide que la TV et entrainement

C) un affinement complet des QRS avec l’accélération de la fréquence de stimulation auriculaire aurait pu être observé avec eventuellement arret de la TV.