Mahaïm avait décrit deux sortes de fibres court-circuitant les vois normales et reliant la voie
nodo hisienne à la crète septale : les fibres nodo-ventriculaires et fasciculo – ventriculaires.

LES FIBRES NODO-VENTRICULAIRES

Elles relient le NAV et le ventricule : elles partent de la partie compacte ou intermédiaire distale du NAV . On a longtemps admis qu’elles sous-tendaient les tachycardies antidromiques à type de retard gauche avec ECG normal en rythme sinusal .
Pourtant Becker avait déjà décrit dès 1978, un cas de voie accessoire située dans l’oreillette droite avec une formation initiale de type nodal se prolongeant au travers de la tricuspide vers le ventricule et présentant ce type de caractéristique. Les chirurgiens – Guiraudon chirurgien français, entre autres – avaient montré que l’ablation du NAV ne supprimait pas la préexcitation . Garson et Gilette avaient remarqué la disparition de ce type de préexcitation par dissection chirurgicale du sillon atrio ventriculaire droit en regard de l’auricule droit.
Malgré ce, on conservait l’idée que des voies nodo-ventriculaires étaient en cause, jusqu’à ce que soit faite l’ablation dans le sillon atrioventriculaire loin du NAV d’une de ces voies accessoires atrio-fasciculaire à conduction décrémentielle . De nombreux cas identiques ont ensuite été rapportés . On a alors abandonné les voies nodoventriculaires dont l’existence est rare mais bien réelle. On les incrimine à nouveau devant des tachycardies jonctionnelles ortho ou antidromiques avec possible dissociation auriculoventriculaire ce qui avait déjà observé par Gallagher . Elles sont souvent associées à une forme mineure de maladie d’Ebstein.

Jeune femme , Bouveret ancien crises nombreuses toujours à type de retard G, réduction par adénosine .
connexion atrio-fasciculaire : ECG en rythme sinusal normal et tachycardie antidromique à type de retard gauche.

Homme 36 ans connexion atrio-ventriculaire:
ECG en rythme sinusal normal et TJ antidromique à type de retard gauche large réduite par beta-bloquant IV

Exploration endocavitaire (même patient) : à gauche extrasystole auriculaire faisant apparaitre la préexcitation , le potentiel Hisien rentre dans le ventriculogramme, et une tachycardie 1/1 antidromique démarre. A droite même extrasytole et démarrage de tachycardie mais enregistrement sur l’anneau tricuspidien au site du tir de radiofréquence du potentiel de voie accessoire (*) .

Voie nodoventriculaire : à gauche ECG en tachycardie antidromique à type de retard G (H rétrograde) , à droite tachycardie orthodromique avec BBDt
(H anterograde) chez le même patient. Dissociation AV pertachycardique (d’après Gallagher)

Une voie nodoventriculaire utilisée en rétrograde lors d’une TJ à QRS fins sera suspectée devant une dissociation VA, un bloc de branche ralentisseur, une anticipation de la réponse ventriculaire suivante lors de l’imposition d’une ESV en période réfractaire du His.