Electrophysiologie et ablation

I LES TACHYCARDIES FASCICULAIRES

Leur mécanisme a bien été établi en plaçant dans le ventricule gauche par voie aortique, une sonde dont l’extrémité est pourvue de nombreuses électrodes au contact de la zone à conduction lente. Ces électrodes permettent de recueillir des potentiels de Purkinje étagés ( P1 et P2) avant le ventriculogramme, points d’entrée et de sortie du circuit de réentrée. Elles ont fait comprendre les différentes valeurs du cycle de retour dans l’entraînement de la tachycardie selon le lieu de stimulation .

Démarrage d’une crise de tachycardie intéressant le faisceau postérieur de la branche gauche: A gauche en rythme sinusal
parallèlement au faisceau postérieur se situe une voie à conduction lente dont seulement la partie proximale est dépolarisée
directement, la partie distale étant dépolarisée à rebours par le faisceau postérieur. Au centre, à la suite d’une extrasystole
qui peut être ventriculaire mais aussi atriale, le faisceau postérieur se bloque et l’influx descendu par la voie lente s’yréfléchit.
Une tachycardie peut s’enclencher . A droite, le schéma décrit le circuit et montre son émergence distale dans le ventricule.

Enregistrement du potentiel P1 point d’entrée du circuit , site idéal d’ablation où est placée la sonde de RF et du potentiel P2 point de sortie du circuit sur la branche postérieure que longe la sonde décapolaire appliquée au septum site moins efficace

II LES TACHYCARDIES DE PILIER

Lorsqu’un pilier mitral est suspecté d’être à l’origine d’une TV ou d’ ESV , il faut faire un Holter pour voir s’il existe
des ESV de plusieurs morphologies, une échographie et une IRM à la recherche d’une cardiopathie. L’échogénicité accrue ou le rehaussement tardif à l’IRM, de la base d’un pilier, suggèrent un foyer à potentiel arythmogène.
L’ablation peut être aidée par l’ échographie intracardiaque et une cartographie d’activation endocavitaire. Elle est
plus difficile que celle des tachycardies fasciculaires et moins souvent efficace. Le site d’ablation est choisi principalement au point de topostimulation exacte. On peut trouver des potentiels tardifs en rythme sinusal et des potentiels précoces sur les ESV ou en TV mais rarement des potentiels de Purkinje. De nombreux tirs de radio-fréquences sont souvent necessaires avec une sonde instable à la base des piliers faisant justifier pour certains de l’utilisation de la cryothérapie.


Cartographie d’ESV venant du pilier antérieur de la mitrale : axe droit, R exclusif V1, RS en V6. Les points rouges signalent toutes les applications de RF

Bibliographie :

Zipes DP, Foster PR, Troup PJ, Pedersen DH : Atrial induction of ventricular tachycardia : reentry versus triggered automaticity . Am J Cardiol 1979;44:1–8.

Belhassen B, Rotmensch H, Laniado S. Response of recurrent sustained ventricular tachycardia to verapamil. BrHeart J 1981;46:679–82.

Ohe T, Shimomura K, Aihara N, et al. Idiopathic sustained left ventricular tachycardia: clinical and electrophysiologic characteristics. Circulation 1988; 77:560–8.

Lai LP, Lin JL, Hwang JJ, Huang SK. Entrance site of the slow conduction zone of verapamil-sensitive idiopathic left ventricular tachycardia: evidence supporting macroreentry in the Purkinje system.
J Cardiovasc Electrophysiol 1998;9:184 –90.

Yamada T, Doppalapudi H, McElderry HT, Okada T, Murakami Y, Inden Y, Yoshida Y, Yoshida N, Murohara T, Epstein AE, Plumb VJ, Litovsky SH, Kay GN. Electrocardiographic and electrophysiological characteristics in idiopathic ventricular arrhythmias originating from the papillary muscles in the left ventricle: relevance for catheter ablation. Circ Arrhythm Electrophysiol. 2010;3:324–331.

Good E, Desjardins B, Jongnarangsin K, Oral H, Chugh A, Ebinger M, Pelosi F, Morady F, Bogun F. Ventricular arrhythmias originating from a papillary muscle in patients without prior infarction: a comparison with
fascicular arrhythmias. Heart Rhythm. 2008;5:1530–1537.

Rivera S, Ricapito MP, Espinoza J, Belardi D, Albina G, Giniger A, Roux JF, Ayala-Paredes F, Scazzuso F. Cryoablation for ventricular arrhythmias arising from the papillary muscles of the left ventricle guided by intracardiac
echocardiography and image integration. J Am Coll Cardiol EP. 2015;1:509–516.