Le terme anglo-saxon d’atrium a pris ces dernières années la place de celui d’oreillette qui prévalait en France. Il fallait éviter la confusion entre oreillette et auricule- qui en est l’appendice- leurs adjectifs étant les mêmes.

Atrium a de plus l’avantage de souligner la fonction de reservoir de cette partie du coeur. Il rappelle la pièce d’entrée des maisons romaines . Le terme a rapidement pris le pas dans les milieux scientifiques et universitaires mais n’a toujours pas atteint les cardiologues praticiens.

La couverture d’un livre d’anatomie et de physiologie de Raymond Vieussens (« traité nouveau de la structure et des causes du mouvement naturel du coeur ») , médecin Montpellierain né au Vigan, datant de 1715 année de sa mort, rappelle sans ambiguité que le terme d’oreillette était choisi pour la similitude avec des oreilles. On peut observer que le dessin des oreillettes droite et gauche ne tient pas compte de leur disparité anatomique puisque les représentations sont les mêmes inversées.

L’auricule droite de forme simple inspire moins les auteurs que la gauche avec ses tortuosités et son implication dans la survenue de thromboses et d’embolies systémiques en particulier dans la FA. Une étude récente rapporte même l’association indépendante de la morphologie type « col de cygne » avec des antécédents d’ait ou d’avc chez des patients avec ou sans passé de FA.

classification en 4 types de morphologies des auricules gauches sur les données de scanner :
A aile de poulet, B col de cygne, C chou-fleur, D manche à air

Bibliographie :

Anatomical Characteristics of the Left Atrium and Left Atrial Appendage in Relation to the Risk of Stroke in Patients With Versus Without Atrial Fibrillation :Jeff M. Smit , MD; Judit Simon , MD; Mohammed El Mahdiui , MD; Lili Szaraz , MS; Philippe J. van Rosendael , MD;
Márton Kolassváry , MD, PhD; Balint Szilveszter, MD, PhD; Victoria : Circ Arrhythm Electrophysiol. 2021;14:e009777.