L’electroporation est une nouvelle source d’energie ablative qui à l’inverse de la radiofréquence ou de la cryothérapie n’a pas d’effet thermique.

Elle repose sur l’utilisation d’un champ à haute tension qui crée  sur les zones d’application des pores membranaires qui peuvent être reversibles ou non en fonction de ses caractéristiques .Dans le cas de l’ablation ces pores se maintiennent et entrainent l’apoptose des  cellules atteintes .

Elle est très différente de la fulguration , source d’énergie historique qui délivrait un choc électrique dans les cavités cardiaques avec un effet combiné d’electroporation , de nécrose de coagulation et de « blast » empêchant sa domestication et expliquant son abandon rapide au profit de la radiofréquence et de la cryothérapie.

Apparition de pores sur la membrane de globules rouges après application d’un champ d’electroporation : (A) t=0,5ms (B) t= 3ms (C) t = 40ms

Les avancées techniques récentes de production du champ d’électroporation , délivrance sur un mode bipolaire et  biphasique de quelques microsecondes à haut voltage entre 1600 et 2000V pendant quelques secondes,  permettent son utilisation sans anesthésie générale en raison de l’absence de contraction musculaire induite et de phénomènes douloureux.

Un avantage important sur les autres sources d’énergie est l’absence de risque de paralysie phrénique ou de fistule atrio-oesophagienne (structures très peu sensibles à l’electroporation) , et de sténose des veines pulmonaires (pas d’effet thermique).

Le champ d’application est pour l’instant celui de la fibrillation auriculaire paroxystique et persistante, l’isolation des veines pulmonaires  se montrant rapide et durable sur les premières études cliniques et facilement associée à une isolation du toit postérieur de l’oreillette gauche .

Système Farapulse : catheter Farastar se déployant en « fleur » et effet de l’application de quelques secondes d’éléectroporation sur le mur postérieur de l’oreillette gauche

Il devrait s’étendre rapidement aux  arythmies ventriculaires par voie endocavitaire ou épicardique (sensibilité peu importante des vaisseaux coronaires). La zone affectée est par contre trop étendue et insuffisamment précise pour envisager son application sur des cibles  comme les faisceaux de kent et surtout les voies lentes des tachycardies nodales avec un rique trop important de bloc auriculo-ventriculaire.

Bibliographie :

Electroporation and its Relevance for Cardiac Catheter Ablation : Fred H.M. Wittkampf, PHD,René van Es, PHD, Kars Neven, MD, PHD JACC : CLINICAL ELECTROPHYSIOLOGY VOL. 4, NO. 8, 2018